Exonération fiscale sur les pourboires : une prolongation bénéfique pour les salariés du secteur hôtelier et de la restauration en 2024

L'exemption continue jusqu'à fin 2024

Mise en place depuis le 1er janvier 2022, l'exemption de l'impôt sur le revenu et des cotisations sociales sur les pourboires versés aux employés dans le secteur hôtelier et de la restauration se poursuit cette année. Les recettes perçues dans le cadre de leur activité professionnelle resteront exemptes d'impôt sur le revenu et de cotisations sociales jusqu'au 31 décembre 2024. Les pourboires volontairement donnés au cours de l'année 2024 par les clients pour le service, soit directement aux employés ou à l'employeur puis redistribués par ce dernier au personnel en contact avec les clients, sont exonérés d'impôt sur le revenu pour les employés dont le salaire mensuel n'excède pas, pour les mois concernés, 1,6 €, précise la Direction générale des Finances publiques.

Un soutien pour le secteur après une crise sanitaire difficile

Cette mesure d'exemption de fiscalité et de cotisations sociales pour les pourboires pour les années 2022 et 2023 a apporté un soutien bienvenu aux employés du secteur hôtelier et de la restauration, après une crise sanitaire particulièrement éprouvante. Toutefois, des difficultés persistent aujourd'hui avec une inflation toujours élevée. Un rapport évaluant l'efficacité de la mesure par rapport à l'évolution des modes de paiement et au risque de substitution avec les salaires doit être remis avant le 1er octobre 2024 afin de décider si la mesure sera renouvelée dans les années futures.

A lire aussi :   Les allocations de solidarité chômage : ASS, AER et ATA voient une revalorisation de 4,6% le 1er avril 2024

L'exonération fiscale plafonnée à 20% du salaire brut annuel

Afin d'éviter que les pourboires, notamment ceux effectués par carte bancaire et donc centralisés par les employeurs, ne remplacent une partie du salaire d'un employé, l'exonération fiscale est plafonnée à 20% du salaire brut annuel de l'employé. Lors de sa mise en place, la mesure avait déjà été saluée par les acteurs du secteur. "Maintenant que tout le monde paie par carte ou via des applications, souvent il n'y a plus de monnaie à ajouter à 3-5€ pour le service", souligne Didier Chenet, président du GNI (Groupement National des Indépendants) pour les hôtels et les restaurants.

Adaptation aux nouveaux modes de paiements : un soutien précieux

Aujourd'hui, avec l'omniprésence des cartes bancaires et des applications de paiement mobile, les clients ont moins tendance à donner des pourboires en espèces, ce qui rend difficile pour les employés du secteur de profiter de cette marque de reconnaissance supplémentaire. Grâce à cette mesure d'exemption, les pourboires qui sont désormais versés sur facture ou par carte bancaire seront également pris en compte et exemptés d'impôt, offrant ainsi un soutien financier précieux aux employés dans ce contexte difficile.

Une mesure attendue par les employés de la restauration et de l'hôtellerie

Après avoir obtenu son diplôme à l'ESJ Paris puis un master en journalisme à l'IICP, Chloé Ferrere s'est rapidement tournée vers le secteur financier. L'exemption fiscale sur les pourboires est une mesure attendue et appréciée par les employés du secteur hôtelier et de la restauration, qui voient ainsi leur travail récompensé et leur pouvoir d'achat préservé. "Lorsque nous avons la possibilité de laisser un pourboire sur la facture, cela sera beaucoup plus facile", ajoute Didier Chenet.

A lire aussi :   Comprendre la pension de réversion pour les conjoints survivants

Un dispositif favorable pour les salariés et les clients

En définitive, cette exemption fiscale sur les pourboires représente un véritable coup de pouce pour les salariés du secteur hôtelier et de la restauration, qui peuvent ainsi bénéficier d'un revenu supplémentaire non imposable. Les clients, quant à eux, sont davantage incités à manifester leur satisfaction et à encourager le travail accompli grâce à la simplicité offerte par les paiements par carte ou via des applications. Cette prolongation jusqu'à fin 2024 laisse entrevoir un avenir plus serein et prometteur pour ces professionnels souvent mis à rude épreuve par la conjoncture économique actuelle.