Assurance obsèques : des lacunes persistent dans le secteur malgré les exigences du régulateur

Des écarts importants en termes d'informations et de conseils

L'autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) a mené une enquête auprès de 16 distributeurs d'assurance obsèques, dont les compagnies d'assurances, les entreprises funéraires et les réseaux bancaires. Les résultats de cette campagne, initiée pour vérifier la conformité avec les recommandations émises en 2021 par le régulateur, montrent que de nombreuses lacunes subsistent en termes d'information et de conseil. Selon Aude Chassaing, du service de contrôle des pratiques commerciales, les résultats sont très décevants, quel que soit le réseau.

Un soutien insuffisant lors des sinistres

Au travers de 300 visites mystères effectuées auprès des acteurs concernés, l'ACPR constate que la prise en charge pendant un sinistre laisse à désirer. Distributeurs et assureurs ont encore beaucoup de travail pour offrir un service adéquat aux clients. Grégoire Vuarlot, Directeur du Contrôle des Pratiques Commerciales à la Banque de France, souligne à ce propos des clauses de contrat opaques, une formation insuffisante des conseillers et un manque de personnalisation des produits proposés.

A lire aussi :   iGenea avis : Que penser de ce test adn pour connaitre ses origines

Les personnes âgées, principale cible de ces assurances obsèques, sont particulièrement touchées par ce manque d'information et de qualité des conseils offerts.

Des périodes de carence mal expliquées

Aude Chassaing regrette que la moitié des seniors ne soient pas informés de la période de carence des contrats d'assurance obsèques. Cette situation peut s'avérer problématique : si certaines compagnies n'exigent qu'une attente de quelques semaines, d'autres imposent des délais pouvant aller jusqu'à deux ou trois ans avant que l'assuré ne soit effectivement couvert.

Les risques liés à cette période de carence doivent donc être clairement exposés dès la signature du contrat, pour éviter tout malentendu et garantir une protection adéquate aux souscripteurs.

Mise en place de contrôles plus stricts en 2024

Face à ces lacunes persistantes, l'ACPR envisage de durcir les contrôles en lançant une série de vérifications auprès des distributeurs d'assurances obsèques. L'autorité souhaite protéger davantage les personnes âgées, qui sont déjà très exposées à diverses escroqueries et abus.

Toutefois, il est important de souligner que certains acteurs de l'assurance obsèques ont fait des efforts pour se conformer aux recommandations du régulateur et proposer une offre mieux adaptée aux attentes des clients. Ces initiatives méritent d'être encouragées et soutenues afin que le secteur continue d'évoluer dans le bon sens.

A lire aussi :   Le statut de parent isolé : Un pas en avant pour soutenir les familles monoparentales

Pour une assurance obsèques plus transparente et personnalisée

Pour résoudre les problèmes identifiés par l'ACPR, il est nécessaire que l'ensemble des acteurs de l'assurance obsèques s'engagent à fournir une information claire et complète aux clients, notamment en ce qui concerne les périodes de carence, les clauses de contrat et les garanties offertes. De plus, la formation des conseillers doit être améliorée pour qu'ils puissent proposer des solutions sur mesure, adaptées aux besoins et attentes de chaque client.

Enfin, un renforcement des contrôles et sanctions en cas de non-conformité aux recommandations permettra de mieux protéger les personnes âgées et d'encourager le secteur à se responsabiliser face à son rôle essentiel dans la prise en charge des frais funéraires.

C'est en réunissant ces efforts que l'offre d'assurance obsèques pourra véritablement s'améliorer et répondre aux exigences légitimes du régulateur, garantissant ainsi une qualité de service optimale aux souscripteurs.