Les différentes aides de l’état pour l’achat d’un vélo électrique

Avoir un vélo électrique aujourd’hui s’avère opportun pour se déplacer puisqu’on parle d’un engin respectant les normes de protection de l’environnement. Il n’est cependant pas souvent aisé de s’en procurer en raison de son coût élevé. Heureusement, vous pourrez bénéficier des aides et subventions apportées par l’État. Pour cela il faut respecter les exigences requises. Souhaitez-vous investir dans un vélo électrique ? Découvrez, en lisant ce qui suit, plus de détails à propos des nouvelles aides du gouvernement.

L’aide écologique de l’État

Depuis plusieurs années déjà, il n’est pas toujours facile de circuler sur les grandes routes surtout si on se trouve à bord d’une voiture. Après réflexion sur la situation, la meilleure alternative qui se présente est de se tourner vers les transports à vélo. Il faut remarquer que pour des raisons écologiques, le mieux serait d’encourager l’usage des engins électriques qui ne polluent guère l’environnement.

Le tarif normal pour l’achat de cet engin est en principe onéreux, ce qui empêche les personnes à faible revenu de l’acquérir même s’ils en éprouvent le besoin. Cette circonstance favorise la multiplication rapide des assistances financières pour l’acquisition d’un vélo électrique. L’objectif est d’inciter la majorité des citoyens à payer un moyen de déplacement écologique.

Parmi les différentes aides aux transports, on distingue d’abord celles venant de la part des collectivités locales. Dans le but d’appuyer ces contributions, l’État lui-même intervient avec un bonus écologique dont quiconque satisfait les conditions préétablies peut en profiter. La somme dédiée à cette noble aide est définie entre 300 et 400 euros et dépend principalement du revenu fiscal (RFR) de la personne concernée.

La valeur du bonus écologique

Il faut remarquer depuis un bon moment, les contributions à l’acquisition d’un véhicule électrique connaissent une élévation considérable. Elles sont définies en tenant compte de plusieurs paramètres. Premièrement, si votre RFR se situe en dessous de 6 300 euros, vous obtenez 40 % appliqués sur prix d’acquisition de l’engin, et cela pourrait grimper à hauteur de 400 euros.

Cette offre d’aide reste invariable pour les personnes vulnérables comme les handicapés. En outre, si votre RFR se situe entre 6 300 et 13 489 euros, vous bénéficiez du même pourcentage que le dernier cas, mais à la différence qu’ici le plafond s’établit à 300 euros. Désormais, il n’est plus d’aucune utilité d’obtenir a priori une aide locale avant d’accéder à ce bonus. D’autres situations peuvent amener à reconsidérer les offres d’une certaine manière.

Les conditions indispensables pour l’accès aux aides du gouvernement

Pour bénéficier pleinement de cette précieuse contribution financière pour l’acquisition d’un vélo, il convient a priori de répondre à certaines exigences. Les critères d’éligibilité sont définis en effet par les textes législatifs du code énergétique qui a subi une modification conformément au décret n° 2022-1 151.

Les personnes pouvant accéder à cette subvention

Avant toute chose, les bénéficiaires sont ceux qui sont juridiquement majeurs, qui résident dans n’importe quelle région française et dont le RFR est en dessous ou égal à 13 490 euros. Aussi, les populations handicapées font partie de la liste des bénéficiaires, pourvu qu’elles détiennent les preuves tangibles de leur situation sanitaire.

Les individus vulnérables du fait de leur handicap sont légitimement reconnus comme bénéficiaires de cette subvention publique. En vue de prouver la crédibilité d’un individu qui se trouve dans le cas, il se fera un petit contrôle. À ce stade, vous n’avez qu’à présenter une carte de mobilité inclusion portant la mention d’invalidité.

Les propriétés du vélo acquis

En dehors des conditions que doivent satisfaire les aspirants à l’offre du gouvernement, le vélo électrique doit posséder certaines caractéristiques. Naturellement, ce sera un vélo neuf qui n’utilise pas une batterie faite en plomb pour fonctionner. Il doit être un système rotatif assisté selon les textes en vigueur sur le territoire français.

Il est question d’un dispositif électrique qui est muni d’un moteur électrique dont la puissance est estimée à hauteur de 250 W. De plus, l’alimentation de cet engin doit évoluer en progression décroissante qui sera interrompue lorsqu’il arrive à une vitesse de 25 km l’heure. Il convient de souligner que l’engin ne peut en aucun cas être légué par l’acheteur tôt après le jour de son acquisition. Par ailleurs, l’aide écologique octroyée par l’État est au passage unique.

En réalité, un individu lambda dispose seulement d’une seule possibilité d’en bénéficier. Une fois cela fait, il n’y a plus un second tour. Dans le cas échéant, vous avez la possibilité de cumuler votre prime de conversion au bonus écologique. Si vous le souhaitez, vous pourrez associer d’autres apports financés soit par une collectivité locale ou par une entreprise. Désormais, vous n’avez plus besoin de disposer nécessairement d’une aide locale avant d’accéder à l’offre de bonus vélo.

A lire aussi : Les cadeaux rigolos mais utiles

Obtenir son financement pour l’acquisition d’un engin électrique

Toucher son bonus écologique n’est pas une chose instantanée. Pour en profiter, vous devez d’abord effectuer une demande et la déposer sur le site primealaconverstion.gouv.fr. Une fois présent sur la plateforme, vous n’avez qu’à suivre les instructions et renseigner les informations nécessaires.

Il faut remarquer que malgré l’intitulé que porte le site, il concerne tout de même les assistances écologiques apportées par les autorités publiques. Pour finaliser votre demande, vous devez vous munir de certains documents justificatifs. Il s’agit en effet de :

  • Un exemplaire d’une pièce d’identité valide ;
  • Un exemplaire d’une attestation de résidence datant au plus de 3 lunes ;
  • Un exemplaire de la quittance d’acquisition ;
  • Un exemplaire de l’acte d’imposition de la période ayant précédé l’acquisition (par exemple, pour une acquisition effectuée en 2020, il est question de l’avis 2019) ;
  • Un exemplaire de votre RIB pour le transfert des fonds.

Il faut rappeler que vous disposez d’un délai maximum de 6 mois pour effectuer votre demande, à compter du moment où vous avez acquis l’engin. Passé ce temps, il se pourrait qu’il ne soit plus possible d’être bénéficiaire des fonds.

La prime à la conversion : une autre possibilité d’aide

En dehors de l’aide publique présentée précédemment, vous pourrez jouir d’une autre toujours dans le contexte de la disposition d’un engin électrique. Il est question de la prime à la conversion qui implique les individus, aussi bien physiques que moraux, qui souhaitent échanger un engin non écologique contre un autre écologique tel que le véhicule électrique.

Tout comme la première forme d’aide, pour profiter de la prime à la conversion, il faut préalablement remplir certains critères d’éligibilité. Ceux-ci ne sont pas trop différents de ceux applicables dans le cas précédent. En effet, vous devez être majeur au sens de la loi et résider sur le territoire français. Vous pourrez soit acquérir un véhicule ou soit, mettre en destruction un ancien véhicule.

Il faut noter que les exigences requises pour accéder à cette prime dépendront ensuite de votre RFR. Aussi, le vélo acquis doit jouir de certaines caractéristiques indispensables. En réalité, il doit posséder une batterie différente d’un modèle au plomb. La puissance maximale du moteur doit au moins excéder 2 ou 3 kW. L’engin doit être en parfait état et ne doit en aucun cas être vendu l’année qui suit sa première acquisition.

En résumé, vous disposez de deux aides de l’État si vous envisagez d’investir dans un vélo électrique. Il s’agit principalement du bonus écologique et de la prime en conversion. Chacune de ses contributions est subordonnée préalablement à certaines conditions spécifiques que doit vérifier non seulement l’engin, mais aussi le demandeur. N’attendez plus, faites les démarches tout de suite !